Rogge et Platini entrent en jeu

Publié le par ag94

019102010162924000000rogge.jpg

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2597p054-055.xml0/rogge-et-platini-entrent-en-jeu.html

 

S’il se rend à Paris, en 2011, pour un match amical de la sélection nationale palestinienne, le gardien de but Mohamed Shbair sera-t-il encore bloqué trois mois à l’étranger, comme à son retour du Soudan, en juin ? Jacques Rogge, le président du Comité international olympique (CIO), s’est rendu le 5 octobre à Ramallah pour poser la première pierre du nouveau siège du Comité olympique palestinien. Mais il y a surtout recueilli les doléances des Palestiniens : qu’Israël laisse circuler les athlètes !

Lors d’une visite sans précédent de quatre jours au Proche-Orient, Rogge a rencontré, en Cisjordanie, Jibril Rajoub, président du Comité olympique palestinien, et Salam Fayyad, chef du gouvernement palestinien. Pour ce dernier, le renforcement et l’autonomisation du sport contribuent à l’avènement de l’État qu’il veut bâtir de facto dans les territoires occupés. Lors de sa visite dans le camp de réfugiés d’Al-Amari, Rogge a noté la place du sport dans la vie des très nombreux enfants. Il a promis de porter « la voix unanime du sport mondial » et de plaider la levée des entraves imposées par Israël aux athlètes palestiniens, aussi bien en Palestine qu’à l’étranger.

Le lendemain, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, lui a promis de « trouver des solutions pour faciliter la délivrance des autorisations de circulation », sans autre précision. Les comités olympiques palestinien et israélien se retrouveront à Lausanne d’ici à la fin de l’année pour faire avancer cette question.

Depuis quelques années, la Fédération internationale de football association (Fifa) a accru, de son côté, son soutien aux footballeurs palestiniens. Et il se murmure même que le président de l’Union européenne des associations de football (UEFA), Michel Platini, irrité par les mesures israéliennes visant à restreindre les déplacements des joueurs palestiniens, envisage d’exclure l’État hébreu de l’instance qu’il dirige.

Commenter cet article