Pour 7 Français sur 10, un Etat palestinien est la solution au conflit du Proche-Orient

Publié le par ag94

1075932011.jpgRené Backmann


  Pour sept Français sur dix, la création d’un Etat de Palestine aux côtés de l’Etat d’Israël serait la meilleure solution au conflit israélo-palestinien : c’est l’un des enseignements majeurs d’un sondage de l’Ifop pour l’Association France-Palestine solidarité (AFPS), dont le Nouvel Observateur et Nouvelobs.com publieront jeudi l’intégralité des résultats.

A la question : « Etes-vous d’accord avec la proposition selon laquelle la création d’un Etat palestinien aux cotés d’un Etat israélien serait la meilleure solution au conflit israélo-palestinien ? », 26 % des personnes interrogées répondent : "tout à fait d’accord" et 44% "plutôt d’accord", soit un total de 70%. 8% seulement des personnes interrogées ne sont pas d’accord ( 5% "plutôt pas d’accord" et 3% "pas du tout d’accord").

Autre enseignement de cette enquête : un certain consensus entre les sympathisants de droite et de gauche semble exister sur le conflit israélo-palestinien. Les résultats détaillés du sondage montrent que les Français de gauche et de droite sont dans les mêmes proportions (76%) favorables à la création de l’Etat palestinien. Curieusement, c’est au sein de l’extrême gauche (56%) que l’adhésion à cette idée est la plus faible. Ce chiffre - à prendre avec précaution selon l’Ifop, car il repose sur les opinions de moins de 40 personnes - peut s’expliquer par l’influence de certaines formations d’extrême gauche, favorables à la création d’un seul Etat binational, réunissant Juifs et Arabes.

Dernière information livrée par l’enquête : c’est parmi les Français de moins de 35 ans, que l’on trouve la proportion la plus faible (51%) de sondés favorables à la création des deux Etats. Près de 20% des Français de 18 à 24 ans se déclarent même « pas d’accord » avec l’idée selon laquelle un Etat palestinien serait la meilleure solution au conflit. C’est aussi parmi les 18-34 ans que l’on trouve, sur cette question, le pourcentage le plus élevé (35%) de sondés qui choisissent de ne pas se prononcer.

Les autres questions de cette enquête dont les résultats seront révélés jeudi portent sur l’attribution de la responsabilité du conflit, l’attitude de la communauté internationale, celle de la France et la position des Français face au boycott des produits israéliens.

publié sur le blog du NouvelObs

http://renebackmann.blogs.nouvelobs...

Commenter cet article