M. Delanoë , vous souffrez d’un tropisme ! Jean Claude Lefort

Publié le par ag94

delanoe_s_accroche.jpg

 

Jean-Claude Lefort

Député honoraire



Paris, le 5 avril 2010


M. Bertrand Delanoë

Maire de Paris

Hôtel de ville

75196 Paris



Monsieur le Maire,


J’apprends que vous allez bientôt à Tel-Aviv et à Jérusalem-Ouest pour présenter, pour la première fois en Israël, un Festival de films français intitulé « Portait cinématographique de Paris ».

En soi la chose n’est pas choquante mais ce qui l’est c’est que désormais, de manière répétée et systématique, vous multipliez, contre tout bon sens et toute efficacité, les gestes à l’endroit d’un seul pays de cette région, un pays qui est en guerre avec les Palestiniens et qui multiplie les violations du droit international ainsi que des initiatives majeures tournant le dos à la paix.

La liste est longue maintenant de cette politique partisane qui est suivie par les autorités parisiennes, par vous spécialement, concernant cette région du monde.

Après l’inauguration d’une plaque à la mémoire de Herzl, un square baptisé Yitzhak Rabin et bientôt une « Esplanade Ben Gourion », vous multipliez les « gestes » unilatéraux tandis que, par ailleurs, vous avez refusé de donner le nom d’un lieu de Paris portant le nom de Yasser Arafat ou bien encore vous vous êtes refusé à prendre une simple et minimale délibération pour Salah Hamouri qui, bien qu’âgé de 25 ans seulement, est aujourd’hui le plus « vieux » prisonnier politique français dans le monde, puisqu’il est en prison depuis plus de 5 ans dans les geôles israéliennes.

Votre rencontre avec ses parents et votre message à Salah ne font pas le poids comparativement, d’autant plus qu’ils sont restés largement méconnus.

Cette attitude témoigne d’un penchant qui n’est même pas « équilibré » de la démarche qui est systématiquement la vôtre dans cette région du monde mais elle reflète, de manière incontestable, un parti-pris qui est politiquement condamnable et pratiquement contreproductif, voire risqué.

Elle est aussi à contre temps total des évolutions politiques actuelles et aussi, pour tout dire, incompréhensible venant d’un homme de gauche.

Je ne sais pas qui vous conseille sur ce « dossier » du Proche-Orient mais je peux vous assurer qu’une erreur est plus importante qu’un crime. Rien ne peut justifier pareil parti-pris. Rien. Surtout aujourd’hui, notamment après le rapport Goldstone qui a placé Israël dans un isolement que votre attitude cherche, c’est son objet, à contrebalancer.

L’association que je préside vient d’ailleurs de réaliser tout juste un sondage qui montre que l’électorat de gauche en général, du Parti socialiste en particulier, et d’une partie non-négligeable de la droite n’est pas du tout dans l’état d’esprit qui est le vôtre.

M. Goasguen n’est pas le seul à droite, sachez-le ! Et ses excès ne doivent pas vous servir à vous aligner sur ses positions.

Je tiens à vous faire part de ma réaction négative sur cet ensemble de faits qui ne contribuent pas à donner de Paris une image qui devrait être sienne dans le monde ni à donner à son Maire, par des attitudes qui seraient non unilatérales, une assisse porteuse d’universalité sur les questions internationales.

Je vous prie de croire que toute évolution de votre part serait appréciée largement au-delà de nous. Nous les attendons. Nous les guettons même.

Pour l’heure un tropisme domine votre action qui n’est pas des meilleurs et qui, s’il était vérifié, serait effrayant : on ne peut imaginer, encore moins accepter, des positions électoralistes sur pareil sujet douloureux et majeur pour la stabilité mondiale.

Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, en mes sentiments distingués.

Jean-Claude Lefort

Député honoraire

Président de l’AFPS

Commenter cet article