Intervention de Denise Hamouri qui donne lecture d'une lettre de Salah

Publié le par ag94

DSCF5662-copie-1.JPG

 

 

Valenton

Dimanche, 27 juin 2010

 

 

 

Madame le Maire de Valenton,

Mesdames et Messieurs les membres de la municipalité et du Conseil municipal,

Mesdames et Messieurs les Présidents d’associations,

Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

 

 

C’est avec beaucoup d’émotion que je me trouve ici, ce dimanche à Valenton, pour inaugurer cet espace sportif ouvert à la jeunesse qui portera le nom de mon fils Salah.

 

Avec ma famille nous sommes particulièrement sensibles à ce que nous considérons être un acte de forte solidarité avec notre fils qui est injustement en prison depuis plus de 5 ans en Israël tandis qu’il devrait être chez nous, à la maison à Jérusalem.

 

Je ne parlerai pas trop longtemps car je crois que les plus grands remerciements que je pourrais vous faire aujourd’hui c’est de vous lire une lettre que Salah a voulu lui-même vous envoyer personnellement pour ce jour. Je vous la lis :

 


A Madame Baud, Maire de Valenton ;

A la municipalité de Valenton ;

A vous tous ici présents.

 

 

 

 

Du fond de ma cellule en prison, je remercie toutes celles et tous ceux qui participent aujourd’hui à cet événement qui me touche beaucoup ainsi que mes camarades emprisonnés.

 

C’est un grand honneur d’avoir mon nom inscrit sur l’enceinte d’un espace sportif ouvert aux jeunes de la ville de Valenton.

 

Je sais que votre ville est solidaire du peuple palestinien et de son combat pour la liberté et ses droits.

 

Malgré tous les efforts et les campagnes de soutien auxquelles vous participez sans faiblir, le gouvernement français reste malheureusement bien en retrait concernant ma situation. Il faudrait, paraît-il, que je présente des excuses pour enfin sortir de ces prisons où l’on m’a enfermé depuis plus de 5 ans alors que je n’ai commis aucun délit.

 

La France, sans faiblir et sans conditions, demande et même exige la libération du caporal franco-israélien qui appartient à une armée d’occupation et qui a été capturé les armes à la main sur son char. Mais on m’ignore comme on ignore les 8.000 prisonniers palestiniens, dont des enfants, des femmes, des personnes âgées et malades enfermés dans les geôles de l’occupation parfois même depuis avant les Accords d’Oslo. Certains sont en cellule avec moi : ils auront passé leur vie ne prison tandis que leurs enfants ont grandi, se sont mariés et eux sont derrière des barreaux.

 

Les prisonniers palestiniens sont des numéros. Anonymes.

 

Avec vous nous pouvons combattre cette injustice et continuer à nous battre pour que le droit international soit appliqué, lutter ensemble pour nos droits légitimes : disposer d’un Etat avec Jérusalem-Est comme capitale, l’application du droit au retour et la libération des prisonniers politiques (n’oublions pas Marwan Barghouti et Ahmad Saadat).

 

Les nouvelles du monde nous parviennent malgré les murs et les barreaux qui nous séparent physiquement de lui. Nous avons suivi avec colère mais sans être vraiment surpris ce nouveau massacre commis par l’armée israélienne sur la « Flottille de la liberté » qui a essayé de briser le siège de Gaza.

 

Nous avons une pensée pour ceux qui ont été torturés et ceux qui sont tombés en martyrs.

 

Aujourd’hui nous ne pouvons que dénoncer ces manœuvres israéliennes visant à refuser une commission d’enquête internationale qui pourrait les démasquer.

 

Le blocus de Gaza doit être brisé et non pas simplement assoupli comme on l’entend et les gouvernements occidentaux devraient le dire haut et fort au lieu de se satisfaire des décisions israéliennes qui ne font pas dans ce sens car elles refusent purement et simplement toute levée du blocus.

 

Du fond de notre prison nous envoyons nos salutations les plus fraternelles à toutes celles et tous ceux qui se préparent, en Europe ou ailleurs, prendre de nouveaux bateaux pour se diriger vers Gaza et exiger la liberté.

 

Merci à vous, Madame le Maire, merci à la ville de Valenton, merci à tous ceux qui nous soutiennent et qui sont à nos côtés pour que le droit international soit appliqué en Palestine afin qu’une paix juste puisse enfin vor le jour.

 

Vouloir le droit – telle est ma seule volonté politique. Et je ne m’excuserai jamais de vouloir qu’il soit appliqué car c’est mon droit le plus absolu que de vouloir que mon pays soit débarrassé de l’occupation et qu’il soit enfin libre !

 

 

 

 

Salah Hamouri

Le 18 juin 2010

Prison de Gilboa

Section 4

 

___________________________________________________________________________

 

 

Je veux juste ajouter un mot. Je suis en France depuis mardi dernier. J’ai eu l’occasion de voir ma famille à Bourg-en-Bresse mais aussi de participer à des initiatives aussi bien dans l’Ain et qu’à Chambéry. Hier j’étais reçue à la Mairie de Paris. Mais mercredi soir je recevais un mail de l’Elysée me disant que le Conseiller diplomatique du Président de la république, Monsieur Jean-David Levitte, me recevrait lundi après-midi. Ceci est à mettre au compte de tous les efforts faits pour mon fils.

 

J’irai à cette rencontre, bien entendu, car je ne veux rien négliger pour mon fils. J’espère que cette rencontre sera utile pour sa libération. Mais je ne vous le cache pas : je comprends mal ce sort particulier nous est réservé. Le Président a reçu tout le monde mais pas nous. Alors il serait normal que je sois reçue, c’est à l’Elysée ! Merci encore à vous tous !

Commenter cet article