En Méditerranée, Israël s’apprête à voler le gaz du Liban avec l’aide d’une compagnie américaine

Publié le par ag94

petrole-off-shore.jpg

 

Planète Non Violence – Myriam Abraham

 


Circulez il n’y a rien à voir ! Israël ne veut pas de bateaux d’aide humanitaire dans les eaux internationales au large de «ses côtes» pour protéger des regards indiscrets ses forages illégaux de gaz et pétrole qu’il vole aux Palestiniens et aux Libanais.

Selon un article publié dans le quotidien libanais As-Safir, un site de gaz nouvellement découvert, le Leviathan, s’étend dans les eaux territoriales libanaises obligeant le Liban à défendre ses intérêts économiques et pourrait devenir une nouvelle source de conflit avec le régime sioniste.

L’analyste des affaires israélienne du As -Safir, Hilmi Moussa, s’appuyant- sur des documents israéliens a rapporté que «la zone dans laquelle on a trouvé du gaz s’étend principalement à proximité des côtes libanaises et dans les eaux internationales entre la frontière maritime de Palestine et celle de Chypre.»

On comprend maintenant pourquoi Israël n’a pas hésité il y a plus d’une semaine à massacrer des humanitaires sur le bateau turc le Mavi Marmara et menace toute embarcation naviguant dans ces eaux internationales et à proximité de la côte de Gaza. Israël ne veut pas qu’on voit ses activités offshore illégales de pillage des ressources en gaz mais aussi en pétrole appartenant aux Palestiniens et aux Libanais.

Selon As – Safir, «Israël a reçu des garanties de la Grande Bretagne, qui n’a aucun droit sur la Palestine, pour chercher du pétrole dans la région près des côtes libanaises. La carte des ressources énergétiques telle que publiée dans les journaux d’affaires israéliens, montre l’étendue de la pénétration dans les eaux territoriales libanaises.»

Moussa, dont l’article a été publié en première page du quotidien As- Safir, sous le titre : « Israel preparing to steal gas fields in Libanon waters » (Israël se prépare à voler des champs de gaz dans les eaux libanaises) a dit que «si ces préparations et études sont vraies – la région sera bientôt la proie d’un nouveau conflit entre Israël et le Liban qui défendra ses droits dans ses eaux.»

« Cela veut dire que l’intérêt international dans la région et ses aspects économiques vont augmenter par le simple fait de l’importance des ressources en gaz mais aussi à cause de la proximité de l’Europe et de ses côtes. » Israël prétend ainsi pouvoir devenir à long terme fournisseur en gaz de certains pays de l’UE.

L’analyste, Moussa a ajouté que « les sites de forage Rut, Tamar,Leviathan, et Alon, sont dans une zone qui englobe des sites au large des côtes libanaises ou dans des endroits situés très loin des côtes des territoires occupés « .

Tamar se trouve à 90 km au large du port de Haïfa possède selon les estimations de Noble Energy une capacité de 238 milliards de mètres cube de gaz, c’est le plus gros champ gazier mondial découvert ces trois dernières années. Il devrait être productif dès 2012. Selon les découvertes de Noble, Tamar représenterait environ 35 années des besoins d’Israël en gaz naturel. Tamar appartient pour 30% à Noble, 28.75% à Isramco Negev, et 31% à Delek Drilling.

A Leviathan, l’estimation est de 16 000 milliards de m³. Tamar et Leviathan sont situés à proximité l’un de l’autre. D’autres sites qui se trouvent autour d’eux ont une capacité totale de 850 milliards de m³ (30.000 milliards de m³). Noble détient 40% de Leviathan, Delek et Avner 22.7% Ratio Oil Exploration 15%.

« Les données montrent que les compagnies Noble Energy et Delek ont reçu des privilèges d’Israël pour forer le site Alon A et Alon B qui s’étend jusqu’aux côtes de Chypre, et que Nobel Energy ne cache pas le fait que la recherche sur laquelle il base ses estimations couvre une zone nommée Block 12 dans les eaux de Chypre ».

Nobel Energy est une compagnie américaine et a formé un consortium avec des compagnies israéliennes. Delek Drilling appartient à la multinationale israélienne Tshuva qui appartient à Yitzhak Tshuva qui possède aussi la compagnie d’assurance Phoenix.

Noble Energy a conduit une étude sismique il y a de cela 6 mois pour Alon A et Alon B et a annoncé avoir trouvé d’importantes ressources naturelles sous marines en gaz. Noble Energy prévoit également de mener une étude sismique en 3D d’ici la fin de cette année. Le Petroleum Council israélien qui accorde les licences d’exploitation a donné l’autorisation pour 22 licences pour Delek et Noble, leur permettant de contrôler 60% de ce qu’Israël nomme illégalement ses « eaux territoriales » disponibles pour l’exploitation de pétrole et de gaz.

Les licences de Delek couvrent un territoire de 7750 km² et celles de Noble 6100 km².

Noble Energy, la compagnie américaine travaille en étroite collaboration avec le gouvernement israélien. C’est en tout cas ce qu’affirme Yaakov Mimran, Commissionnaire du Petroleum and Mining au sein du ministère israélien des infrastructures nationales.

« Nous avons discuté avec Noble Energy sur certaines questions stratégiques je ne peux pas donner de détails mais je dois faire remarquer que Noble a le même point de vue que nous en ce qui concerne les intérêts de l’état et a pleinement conscience des besoins de l’état. Je suis allé à Houston, j’y ai rencontré des équipes travaillant sur Tamar et on sent leur conscience et leurs bons sentiments à l’égard d’Israël. »

L’importance de ces découvertes en ressources énergétiques sous marines méditerranéennes pourrait aussi expliquer pourquoi, de mèche avec Israël pour les exploiter, Chypre avait refusé aux bateaux de la Freedom Flotilla l’autorisation d’entrer dans ses eaux territoriales et d’accoster pour embarquer des activistes pacifiques.

De même, certains pays de l’Union européenne ont proposé de prendre en charge l’inspection des cargaisons humanitaires à destination du port de Gaza ce qu’Israël a refusé et pour cause ! Il va s’en dire aussi que ce n’est pas à l’UE de faire la police des mers pour le compte d’Israël et de se transformer en armée de supplétifs du régime sioniste afin de lui permettre de forer librement offshore pour voler les ressources en gaz et pétrole des Palestiniens et des Libanais. Ce que font d’une certaine manière au large des côtes libanaises les forces navales occidentales engagées dans la surveillance des eaux territoriales libanaises depuis la guerre de 2006.

Le ministre israélien des infrastructures nationales, Uzi Landau, a déclaré récemment alors qu’il était en visite en Chine : « Israël est devenu une superpuissance gazière. Ces découvertes ont le pouvoir de faire d’Israël un acteur principal sur le marché du gaz international ».

Facile de comprendre pourquoi la vie d’au moins 9 humanitaires assassinés froidement sur le Mavi Marmara qui transportait de l’aide à Gaza assiégée n’a aucune valeur pour les dirigeants israéliens et leurs acolytes chez les requins du pétrole et du gaz américains et autres aux vues des milliards de milliards de m³ de gaz mais aussi des ressources en pétrole à exploiter dans les fonds marins méditerranéens qu’Israël s’approprie illégalement les volant aux Palestiniens et au Liban.

Commenter cet article