Dans les camps palestiniens, à la rencontre des réfugiés L'Humanité

Publié le par ag94

dsc0222.jpg

 

Ils sont des centaines de milliers à s’entasser dans des camps au Liban. Ils veulent que le droit au retour soit partie intégrante de négociations avec Israël. Une délégation française, à laquelle participait Patrick Le Hyaric, était sur place.

Le pas lent, Suleiman Borhan Samany parcourt les rues de ce camp qu’il connaît si bien, celui de Baddawi, près de Tripoli, la grande ville du Liban Nord. Il est arrivé là en 1958, après une errance qui a commencé pour lui alors qu’il n’avait que sept ans. C’était en 1948. Suleiman et sa famille avaient dû fuir leur village de Sahmata, au nord de la Palestine, bombardé par les forces sionistes. Le garçon qu’il était alors portait sur ses épaules une petite fille jusqu’à Rmeich, bourgade libanaise aujourd’hui frontalière avec Israël. « Quand on est arrivés là, il n’y avait rien pour nous. Nous puisions de l’eau dans la mare où s’abreuvaient les cochons ! » Que regarde Suleiman en nous parlant ? Les façades de ces immeubles du camp de Baddawi où il a finalement échoué alors qu’il n’y avait là que des tentes de toile mises à disposition par l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA ? À moins que ce ne soient ces câbles électriques qui pendent dans les rues comme de vieilles guirlandes oubliées, alors que l’éclatement d’une canalisation d’eau fait à chaque fois craindre le pire ? Ne serait-ce pas plutôt, au travers de ces enfants qui jouent dans la rue, son propre souvenir, celui du temps qui passe, de l’enfant devenu homme et qui maintenant vieillit deux fois plus vite, et qui voit le cycle se répéter inlassablement pour les Palestiniens ? Suleiman Samany pleure. Il pleure la vie « qui est insupportable ici ». Il pleure la mort qui, il le sait maintenant, viendra le cueillir dans ce camp, loin de sa terre natale, celle de ses ancêtres.

Aucun lyrisme. Juste une fatigue. Une énorme fatigue. C’est sans doute ce qui caractérise le sentiment de ces réfugiés palestiniens. Troisième ou quatrième génération, ils sont fatigués de cette existence sans horizon, entre nostalgie et colère, entre révolte et désespérance. Suleiman Samany le sait, lui qui a été prof de français dans les écoles de l’UNRWA pendant dix ans, possède une solide formation de médecin (métier qu’il n’a pas le droit d’exercer au Liban selon les lois en vigueur jusque-là, bien que le Parlement, au mois d’août, ait assoupli la législation), s’est investi dans les clubs de football pour entraîner les jeunes et laisse maintenant aller ses pensées sur des toiles qu’il peint.

Tout cela, les membres de la délégation initiée par l’Association de jumelage des camps de réfugiés palestiniens et des villes françaises (AJPF) ne l’ont pas vraiment découvert. Comme l’explique le président de l’association, Fernand Tuil, « les camps sont le symbole de la résistance ». Marc Everbecq, maire de Bagnolet – dont la ville est jumelée avec le tristement célèbre camp de Chatila – souligne d’ailleurs que cette action n’est pas seulement organisée « dans un cadre humanitaire d’aide à la population. Elle vise à traiter politiquement la question du droit au retour des réfugiés palestiniens ». Ce qui n’empêche évidemment pas les aides concrètes. Piero Rainero, adjoint au maire de Quimper, parle ainsi d’un travail avec une association de Morlaix pour dépolluer le puits d’un camp. Pour François Baud, maire de Valenton, « ce qu’on a vu est très violent, il faut réfléchir aux actions à mettre en œuvre en France pour faire connaître cette question ». Mêmes sentiments à Mitry-Mory, à La Courneuve, à Avion, à Montataire ou à Vierzon, où le maire, Nicolas Sansu, étudie la possibilité d’un jumelage.

Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité et député au Parlement européen, qui a pu constater dans quelle situation vivaient les réfugiés palestiniens, juger des conditions sanitaires désastreuses – la plupart du temps, il n’y a pas d’eau potable –, a dénoncé « l’impunité la plus totale dont continuent à bénéficier les dirigeants israéliens, responsables des massacres de Sabra et Chatila aussi bien que de ceux perpétrés à Gaza ».

Au fil des rencontres avec les responsables des camps, notamment à Baddawi, la crainte est apparue de voir justement cette question des réfugiés marginalisée, voire oubliée. « On nous traite comme des chiffres, nous ne sommes que des pourcentages », se plaignait l’un d’entre eux, réaffirmant : « Nous voulons retourner en Palestine et vivre là-bas, dans notre patrie. Nous voulons la nationalité palestinienne, un passeport palestinien. » Et Kassem Hassan, responsable des organisations membres de l’OLP dans le camp de Chatila, et membre du Fatah, le parti de Mahmoud Abbas, d’ajouter : « Les négociations ne se termineront jamais tant que le problème des réfugiés ne sera pas réglé. » Ce doute de voir la direction palestinienne les oublier imprègne les réflexions des habitants de ces camps de réfugiés, au Liban plus qu’ailleurs. L’ambassadeur de Palestine au Liban, Abdallah Abdallah, le sait bien. En recevant officiellement la délégation française, il a d’abord relevé que « la division interpalestinienne était un obstacle au mouvement de solidarité avec la Palestine », tout en faisant remarquer que « les efforts pour la réconciliation continuent mais (que) d’autres forces régionales s’activent pour que la division se poursuive ». Il a rappelé qu’après les accords d’Oslo, « 300 000 Palestiniens étaient rentrés en Palestine ». Mais il a surtout tenu à souligner que « les négociations menées jusqu’à maintenant n’ont pas remis en question la création d’un État palestinien, le droit au retour des réfugiés où la souveraineté sur Jérusalem-Est ».

Crainte encore pour l’avenir de ces réfugiés quand on sait que le déficit financier de l’UNRWA s’élève maintenant à plus de 70 millions d’euros et que l’organisation de l’ONU envisage dorénavant de fermer un certain nombre de services pourtant indispensables à cette population. Que l’on songe, par exemple, aux centres de soins et aux dispensaires de l’UNRWA, sans lesquels les Palestiniens des camps ne pourraient tout bonnement pas se soigner…

« Le droit au retour ne peut pas être négociable ! » a lancé Patrick Le Hyaric devant ses interlocuteurs palestiniens. « Le peuple palestinien doit pouvoir vivre sur sa terre. Nous sommes des millions à être du côté du peuple palestinien. La direction palestinienne peut compter sur un mouvement dans le monde plus important qu’on ne le pense et ce mouvement peut l’aider dans les négociations. Nous allons continuer à porter ce combat dans les municipalités, aux Parlements français et européen ». Un message entendu par Suleiman Samany qui veut encore y croire, qui a participé aux différentes rencontres et a tenu à montrer ses tableaux aux délégués français. « On ne veut pas rester au Liban pour l’éternité. On veut rentrer chez nous. Notre résistance n’est pas qu’armée, c’est aussi une résistance de la pensée », insiste-t-il malgré ses yeux encore humides et une main tremblante lorsqu’il évoque son pays, la Palestine.

Camp de Baddawi (Liban Nord), envoyé spécial

Pierre Barbancey

Commenter cet article