Appel au génocide par PAN

Publié le par ag94

internationa36e1-ba2c6.jpg

 


Voir en ligne : http://www.lepan.be/?p=5149


Les Arabes sont-ils en train de dépasser numériquement les Juifs en Israël et dans l’ensemble géographique (dé)formé par l’État hébreu, la Cisjordanie et la bande de Gaza ? Réelle ou chimérique, cette menace démographique hante les dirigeants israéliens depuis la création de leur État en 1948. Elle tourmente aussi certains chercheurs. À tel point que Joan Peters n’a pas hésité à falsifier l’histoire pour accréditer sa « thèse » mensongère selon laquelle la Palestine était « une terre sans peuple » au début de la colonisation sioniste. Benny Morris n’ose pas (encore) réécrire l’histoire bien qu’il regrette que Ben Gourion n’ait pas chassé davantage d’Arabes en 1948. Martin Kramer de l’université d’Harvard, lui, n’y va pas de main morte. Lors d’une conférence vomie au mois de février dernier en Israël, il en a peut-être écrit le nouveau chapitre génocidaire. Réduisant la radicalisation des « jeunes gens superflus » de la bande de Gaza à un problème purement démographique, il a préconisé des mesures visant à y freiner les naissances palestiniennes. Concrètement, il a prétendu que la diminution recherchée de leur taux de fécondité se produirait «  plus rapidement si l’Occident arrêtait de fournir, aux Palestiniens ayant statut de réfugiés, des subventions favorisant les naissances » –ce qui est le cas de la grande majorité de ceux de Gaza en raison du blocus israélien. Ces mesures tombent déjà sous le coup de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. Mais l’idée de la destruction des Palestiniens de Gaza (leur solution finale) ne semble pas l’avoir effleuré ou alors il n’ose pas encore la proclamer publiquement. Si Harvard continue à soutenir des fous furieux comme Kramer, ils finiront par y penser et même par le dire…

Commenter cet article