Salah reste en prison ! à paraître sur l'Humanité demain

Publié le par ag94

Le jeune Franco-palestinien s'est vu refusé une demande de libération alors qu'il a purgé la moitié de sa peine. Paris doit interpeller publiquement Tel-aviv. Pour Denise Hamouri, la mère de Salah, seule la pousuite de la mobilisation pourra le tirer de l'oubli.

La nouvelle est tombée, hier en fin de matinée, comme un couperet. La demande de libération déposée par le défenseur de Salah Hamouri, puisque le jeune homme a déjà purgé la moitié de la peine pour laquelle il a été condamné, a été purement refusée par un juge. Une nouvelle sentence, en quelque sorte, qui s'abat sur les épaules de notre compatriote. Car la nationalité française est la seule qu'il possède puisque les Palestiniens se voient toujours refuser la création de leur État, malgré les multiples promesses occidentales, malgré les déclarations israéliennes. C'est qu'en l'espèce le cas de Salah Hamouri est exemplaire de ce qui arrive à tout un peuple. Soit les Palestiniens vivent sous occupation, comme à Jérusalem-Est, comme en Cisjordanie dont les principales routes sont contrôlées par l'armée israélienne et régulièrement l'objet d'incursions militaires, soit on les vire purement et simplement de leur lieu d'habitation à l'occasion de la construction et de l'annexion de territoires palestiniens à Israël. Soit encore, comme à Gaza, une population est affamée, encerclée et massacrée par une armée d'occupation.

Salah Hamouri est pourtant innocent. Il l'est d'abord parce que ses juges, malgré leur volonté et leur arbitraire, n'ont pas réussi à prouver la culpabilité de Salah dans ce qu'ils présentent comme une affaire de « terrorisme ». Et pour cause ! Depuis quand passer devant le domicile d'une personnalité (en l'occurrence un rabbin israélien) serait-il d'extrême droite, relèverait d'un crime, pis, d'une tentative d'assassinat ? Visiblement, s'agissant d'Israël, plus la ficelle est grosse plus ça passe. Autre anomalie : le tribunal qui a « jugé » Salah Hamouri est évidemment illégal au regard du droit international puisqu'il s'agit d'un tribunal militaire d'occupation. D'ailleurs, ce « jugement » n'est survenu qu'après trois ans de détention. Un fait habituel pour les Palestiniens. C'est la détention administrative, qui peut être prolongée aussi longtemps que le décident les chefs militaires israéliens. Qui pourrait donc soutenir que Salah est coupable uniquement parce que le marché qui lui a été proposé est ignoble : « Tu dis que tu es coupable et on te donne sept ans. Tu nies et tu reçois le double » ?

Nicolas Sarkozy reçoit publiquement les parents de Gilad mais ignore ceux de Salah.

Ce qui est préoccupant dans cette affaire est qu'Israël, visiblement, se moque de la France. Selon nos informations, le tribunal qui a statué hier n'a même pas évoqué sa qualité de Français. Ce qui montre que les autorités françaises, qui ne cessent de réclamer la libération du Franco-Israélien Gilad Shalit, sont beaucoup moins déterminées s'agissant de Salah Hamouri. C'est ce qu'a bien compris Tel-Aviv. Nicolas Sarkozy reçoit publiquement les parents de Gilad mais ignore ceux de Salah. Devant la presse, le président français évoque le nom du soldat franco-israélien, il est muet concernant l'étudiant franco-palestinien. Au minimum, la décision prise hier montre non seulement les limites mais le peu de résultat de la diplomatie silencieuse, telle que prétend l'appliquer le ministère français des Affaires étrangères avec Salah. Pis, à l'Élysée on continue de prétendre que l'attitude de Salah Hamouri n'aiderait pas à faire avancer son dossier parce que, « à aucun moment », il n'a souhaité « exprimer de regrets et favoriser ainsi une éventuelle mesure de clémence ». Si, comme l'écrivait Cédric Goubet, le chef de cabinet de Nicolas Sarkozy, « la France continue de solliciter auprès des autorités politiques et judiciaires israéliennes un geste de clémence », il convient non seulement de persévérer mais, surtout, de faire efficacement pression. Parce que cette justice n'est pas une justice démocratique dès lors qu'elle agit en territoires occupés et qu'elle entend juger des gens pour faits de résistance. On ne peut s'empêcher de penser que cette attitude française à quelque chose à voir avec l'incroyable mansuétude de la France et de l'Union européenne, qui commence même à trancher avec les menaces américaines, vis-à-vis d'Israël.

Jean-Claude Lefort, qui préside l'Association France Palestine solidarité (AFPS) et est à l'origine de la création du comité pour la libération de Salah Hamouri, estime qu'« il convient de préparer, sous toutes les formes possibles, les manifestations d'indignation vers l'Élysée. Car si Salah est en prison, la raison est claire : le président n'a pas fait et voulu faire ce qu'il fallait ! ». Hier, en fin d'après-midi, les autorités françaises n'avaient toujours pas réagi à ce maintien en détention de Salah Hamouri. Depuis Jérusalem, l'Agence France Presse n'a pas non plus daigné envoyer une dépêche aux médias de France et du monde.

Pierre Barbancey

Commenter cet article