Non à la collaboration avec l’occupation de la Palestine

Publié le par ag94

F. Leblon, Afps
  A l'appel de la Coalition contre Agrexco, plus de I000 citoyen-ne-s ont manifesté le 25 juin à Montpellier contre le projet de collaboration de G. Frêche avec la colonisation de la Palestine par Israël, par l'implantation à Sète de l'entreprise Agrexco. L'Afps était présente bien sûr à cette manifestation et s'y est exprimée.

Intervention 25 juin de F Leblon au nom du Bureau national de l'Afps :

Nous sommes ici réunis, citoyen(ne)s du Languedoc-Roussillon qui sommes attaché(e)s à la fois à notre région et au droit international, à l'emploi chez nous et aux droits du peuple palestinien, pour dire NON à un projet qui équivaut à collaborer avec l'occupant de la Palestine.

Lorsque G. Frêche, président du conseil régional, professeur de droit, signe un accord avec le ministre de l'agriculture israélien pour faire venir Agrexco-Carmel sur le port de Sète, c'est en jouant sur la détresse d'une ville sinistrée en terme d'emplois et c'est en notre nom qu'il le fait, en usant de son mandat électoral.

Lorsqu'il présente son projet au conseil régional, il se garde de préciser que l'entreprise à laquelle il offre généreusement une plateforme d'entrée en Europe écoule en toute illégalité 70% des produits des colonies israéliennes en Palestine occupée. En effet Agrexco-carmel est pour Israël le principal canal d'exportation en Europe pour les fruits, légumes et fleurs des TPO sous la marque CORAL.

C'est l'un des instruments essentiels de la colonisation agricole, notamment dans la vallée du Jourdain : vol des terres, vol de l'eau, démolitions, nettoyage ethnique.

Agrexco ne doit pas s'installer à Sète ni ailleurs !

S'il est légitime et de la responsabilité et du devoir du Conseil Régional de rechercher et d'aider à la création d'emplois en Languedoc-Roussillon et à Sète en particulier, il est totalement inacceptable et scandaleux de le faire au détriment du peuple palestinien, en déni absolu du droit international, en faisant appel à une entreprise qui bafoue les droits humains et le droit international. Nous avons la conviction qu' il est possible de mettre en place d'autres projets alternatifs, réellement créateurs d'emplois pour le port de Sète, en synergie avec un autre type de développement régional, tant au plan agricole qu'en terme d'infrastructures et qui seraient conformes à l'éthique et aux valeurs des droits humains.

Le Conseil Régional ne doit pas être complice de l'Etat israélien et de son gouvernement dont le ministre des Affaires étrangères habite la colonie de Nokdim en Cisjordanie, prône le nettoyage ethnique et la mort par noyade pour les prisonniers politiques palestiniens !

Le Conseil régional ne doit pas être complice de son président !

Ce sont tous les secteurs de notre société qui sont concernés par le projet Frêche. Contrairement à ses affirmations dans sa réponse à la lettre ouverte que les groupes de l'Afps du Languedoc Roussillon lui ont adressée le 12 mai dernier, il n'y a pas de choix économique sans choix politique. Il le sait pertinemment.

Choisir d'amener Agrexco à Sète, c'est faire le choix de soutenir la colonisation, c'est s'opposer à la création d'un Etat palestinien, en violation des résolutions des Nations unies. Et c'est bien pour cela qu'il a choisi Agrexco : pour marquer son soutien sans faille à l'Etat d'Israël et qu'il exprime à chaque occasion - notamment à l'occasion de la « journée de Jérusalem à Montpellier ( 24/06/07), Agrexco premier jalon d'une implantation large d'Israël en Europe...

Le Languedoc-Roussillon se verrait alors transformé en cheval de Troie de l'implantation d'Israël en Europe. Europe qui a déjà des rapports privilégiés avec cet Etat qui viole le droit international. Nous demandons bien au contraire que ces relations cessent tant que le droit international est piétiné par Israël.

Et c'est bien parce que l'économique et le politique sont étroitement liés que nous, coalition contre la venue d'Agrexco, réunissons déjà près de 80 organisations englobant tous les secteurs concernés par ce scandaleux projet et parce que, au-delà du Languedoc Roussillon, c'est l'Europe entière qui est visée.

C'est aussi d'au-delà du Languedoc-Roussillon que viennent les soutiens à cette action, et d'abord nos structures nationales. A l'intérieur de ce vaste rassemblement dans lequel c'est l'entière société civile qui est représentée, l'AFPS reste fermement déterminée à :

-  dénoncer le soutien à la colonisation israélienne, premier obstacle à la création d'un Etat palestinien,

-  rappeler l'exigence du respect du droit international : nécessité de sanctions contre Israël, suspension des accords UE/Israël et non rehaussement (et campagne BDS), fin de l'occupation, création de l'Etat palestinien, ....
-  dénoncer les violations des droits du peuple palestinien avec la complicité du président du Conseil régional,
-  maintenir parmi les exigences de la coalition la primauté de la cause palestinienne.

L'AFPS appelle tous ses groupes locaux à répondre à la demande des ONG palestiniennes et des anticolonialistes israéliens à s'impliquer pleinement dans la campagne BDS, qui doit être poursuivie et amplifiée :

-  Boycott des produits israéliens,
-  Désinvestissement des sociétés françaises afin qu'elles cessent de participer à la colonisation et à l'effort de guerre israéliens,
-  Sanctions, en particulier suspension de tout accord de coopération (militaire, policière, technologique, commerciale, économique, culturelle, scientifique et sportive) avec l'Etat israélien.

Nous devons maintenir des pressions fortes et constantes sur nos élus locaux, sur G Frêche et poursuivre auprès de la population du Languedoc Roussillon une campagne d'information afin que la pression populaire se développe et que tous et toutes en Languedoc Roussillon disent avec nous :

Non au projet Agrexco

Non à la collaboration avec l'occupant israélien

Oui au droit

Oui à la libre détermination du peuple palestinien libéré de la colonisation et de l'occupation

Commenter cet article