53 000 orphelins dans la bande de Gaza

Publié le par ag94

Le 11 janvier 2009, Saeb, Mosab, et Moatesem ont perdu leurs deux parents et leur frère aîné dans une attaque aérienne israélienne sur leur quartier à Gaza - Photo : Al Jazeera
Au cours de la guerre d'Israël contre GazLe 11 janvier 2009, Saeb, Mosab, et Moatesem ont perdu leurs deux parents et leur frère aîné dans une attaque aérienne israélienne sur leur quartier à Gaza - Photo : Al Jazeera a en janvier, Ayman Mohyeldin d'Al-Jazira a été l'un des seuls correspondants internationaux en mesure de couvrir les évènements de l'intérieur de la bande de Gaza.

On estime à près de 53 000 le nombre d'orphelins dans la bande de Gaza, un nombre qui a augmenté de plus de 2000 depuis la dernière attaque israélienne.

Les frères Baschir

Comme si la vie dans la bande de Gaza n'était pas assez difficile, imaginez la vie d'un orphelin.

L'Association Amal pour les orphelins estime qu'il y a environ 53 000 orphelins dans la bande de Gaza - enfants ayant perdu les deux parents ou un seul de leurs parents. Depuis la guerre, ce nombre a augmenté de 2200, dit l'association.

Quatre-vingt-trois enfants ont perdu leurs deux parents dans le dernier assaut israélien contre Gaza, détruisant des familles et une génération d'enfants palestiniens.

Je suis allé visiter ce qui reste de la famille Bashir dans le quartier Karma de la ville de Gaza.

Saeb, 17 ans, Mosab, 13 ans et Moatesem, 10 ans, ont perdu leurs deux parents et leur frère aîné dans les bombardements aériens israéliens le 11 janvier.

Aujourd'hui, les trois survivants partagent une chambre dans un appartement chez leur oncle et tante.

Leur oncle Ziad les a pris avec lui. Il a déjà cinq enfants, et il sera désormais responsable des frères Bashir.

Bien que les charges financières aient augmenté, ce qui rend les choses plus difficiles pour lui, la plus grande difficulté qui l'attend sera de tenter de rendre la vie aussi normale que possible pour les trois frères devenus orphelins.

Tous sont d'accord pour dire que c'est une tâche quasi insurmontable.

Il ne s'agit pas seulement de leur donner un toit au-dessus de leurs têtes, les repas et une aide financière, il s'agit de leur donner le sentiment d'être protégés et guidés, dont ils ont besoin pour grandir. Et pour eux, il y a quelque chose que leur leurs parents leur donnaient qui ne peut pas être remplacé.

Saeb dit qu'il n'est plus la même personne. Il ne se concentre pas beaucoup sur son travail scolaire et il dit se surprendre souvent à rêver et à penser à son frère aîné qui était une vraie source d'inspiration pour lui.

Quand il a entendu l'explosion, Saeb s'est précipité dans la rue vers leur maison où le raid aérien avait frappé. Quand il est arrivé, il a vu son frère et son père étendus, sans aide, en train d'agoniser.

Quand sa mère est accourue sur les lieux, elle lui a ordonné d'aller chercher de l'aide. C'est à ce moment-là, lorsque Saeb lui a tourné le dos et est parti en courant demander du secours, que la deuxième attaque aérienne a tué sa mère, son père et son frère aîné.

Aujourd'hui, Saeb essaie de rester fort pour ses jeunes frères, en étant attentif à eux tout en gardant son objectif de devenir un médecin, ce qui était le souhait de ses parents disparus.

Consultez ici le reportage sur Al Jazeera

19 avril 2009 - Al Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.aljazeera.net/focus/...
Traduction : Info-Palestine.net

Commenter cet article