colonies: le pire à venir !?

Publié le par ag94

JÉRUSALEM CORRESPONDANT

Israël entend poursuivre son programme de constructions dans les colonies de Cisjordanie, selon un rapport de l'organisation israélienne, La Paix maintenant, rendu public, lundi 2 mars. ce rapport s'appuie sur les projets du ministère de l'habitat. Un doublement du nombre de colons en Cisjordanie serait à l'étude pour faire passer le nombre de 300 000 actuellement à 600 000. Ces chiffres ne tiennent pas compte des quelque 200 000 colons installés à la périphérie-est de Jérusalem.

Selon La Paix maintenant, le ministère de l'habitat a en effet prévu de construire au moins 73 000 logements au cours des prochaines années sur le territoire occupé de la Cisjordanie. Sur ce total, 5 700 devraient être implantés à Jérusalem-Est, dans des quartiers conquis en 1967 puis annexés.

Si la construction d'une partie des logements a d'ores et déjà commencé, pour 58 000 d'entre eux rien n'a encore été véritablement décidé. Mais les plans existent comme en témoignent les documents et les photos du ministère de l'habitat.

Au ministère, on fait remarquer qu'il s'agit de "projets préliminaires", de "constructions potentielles" et que, "en pratique seulement, une partie d'entre elles sont mises en oeuvre". Toutefois, l'existence de ces projets n'a pas été officiellement démentie.

"Les plans du ministère ne sont qu'une partie des constructions publiques qui, en fait, ne sont que la moitié de celles qui sont réalisées dans les territoires occupés. Nous n'avons que des informations partielles sur la totalité des projets, qu'ils soient publics ou privés, mais nous pouvons estimer qu'il y a des milliers d'unités de logements prévues dans les colonies dont certaines ont déjà été approuvées", mentionne le rapport.

Le document énumère dans le détail ce que les autorités israéliennes envisagent de faire en Cisjordanie. Ces extensions concernent autant les grands blocs de colonies que les points d'implantation moins importants qu'il s'agit d'étoffer.

Pour l'association La Paix maintenant les plus préoccupants sont les plans concernant "au moins six colonies sauvages" (sur une centaine) qui risquent d'être pérennisées, et les projets de création de nouvelles extensions dans le secteur de Bethléem (17 000 logements) et de Maale Adumim à l'est de Jérusalem, où il est prévu de faire passer la population de 33 000 habitants à 104 000.

Ce dernier secteur est particulièrement sensible, car la construction planifiée de milliers de logements permettrait de rattacher Maale Adumim à Jérusalem. Surtout, elle couperait la Cisjordanie en deux et fermerait complètement l'accès des Palestiniens à Jérusalem.

Comme l'a indiqué, la semaine dernière, Rafik Husseini, le chef de cabinet du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, "ce serait la fin de Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine et la négation d'un Etat palestinien viable et continu". Jusqu'à présent l'administration américaine a mis son veto à toute édification dans cette zone actuellement vierge de toute construction civile. Mais tout est prêt et le terrain viabilisé.

Il ne manque plus que le feu vert des autorités. Plusieurs zones de construction sont déjà programmées, selon les plans fournis par l'Autorité palestinienne. Pour Rafik Husseini, le démarrage des travaux est une question de mois. Il signifierait "la mort de la solution de deux Etats".

"Le gouvernement doit établir les priorités, fait remarquer La Paix maintenant. Soit il est intéressé à suivre le chemin de la paix ou alors il décide de poursuivre la colonisation et de continuer à occuper la Cisjordanie, ce qui va nous conduire à des violences et à un conflit perpétuel avec, à terme, un Etat binational." Tout dépendra des choix du prochain premier ministre, Benyamin Nétanyahou.

Michel Bôle-Richard

Commenter cet article